Réalisations

Florencia Hisi

Ce travail explore le paysage spirituel du Cambodge et comment la croyance aux esprits s’insère, fait partie de la vie quotidienne, avec le bouddhisme. La démarche avec les objets qui appartiennent à l’autel des esprits, a consisté à les placer sur des feuilles en papier au soleil pendant plusieurs jours. Le résultat est la trace blanche de ces objets, une empreinte sur le papier qui devient jaunâtre au contact du soleil. Les usages du mot « Cam » en khmer contemporain présentent un lien avec la mémoire, avec un stade entre absence et présence. Ainsi le titre de l’œuvre fait allusion à la mémoire, à la trace disparaissante de ces objets.

Ces « dessins » faits avec le soleil, seront accompagnés d’un cahier, où seront retranscrites de nombreuses notes que j’ai prises lors du séjour au Cambodge. Ces notes fonctionnent comme des fragments aidant à comprendre la démarche de ce travail ainsi que le contexte dans lequel s’inscrivent ces objets et la croyance aux esprits

Florencia Hisi, Cam