Réalisations

Beatriz Sterling

Le projet prend la forme d’une installation d’art sonore. Il y a 6 récits en cambodgien, diffusés chacun par l’intermédiaire un  audio. Les appareils sont installés au sol avec au mur une projection des textes traduits. 

Les enregistrements contiennent des voix racontant une histoire personnelle de changement et de perte d’un lieu très cher. À travers ces récits, ces sons, ces souvenirs, une histoire du présent se construit, entrainant avec elle les expériences de vie, les croyances. 

“En tant qu’artiste, dit Beatriz Sterling, je m’intéresse principalement au son et à la voix comme conteneur de mémoire. Ma recherche se dirige vers les qualités de la voix vivante, la relation avec l’intime et son appropriation : le texte parlé, écrit, chanté, dévoilant cette intimité”.

Performance « Lieux perdus : traduction décomposée », Centre d’art contemporain Faux Mouvement, Metz, le 10 novembre 2018

À l’aide d’un magnétophone à cassette et d’une Kalimba (instrument d’origine africaine au son proche du xylophone), Beatriz Sterling improvise sur un scénario créé à partir de textes écrits pendant son séjour au Cambodge. C’est une traduction décomposée et amplifiée contenant lecture, chant, mélodies instrumentales et enregistrements sonores sur cassette analogique.

Performance « Lieux perdus : traduction décomposée #2 », Centre Bophana, Phnom Penh, le 25 avril 2019

« Lieux perdus : traduction décomposée #2 » est une performance chantée conçue à partir du récit de Visal Sek dans l’installation « Lieux perdus », décrivant son lieu perdu personnel. Il s’agit d’une improvisation de Visal Sek sur son texte en khmer, accompagnée par sa traduction en français chantée par Beatriz Sterling. Le même récit est ainsi interprété simultanément dans deux langues différentes, depuis deux perspectives vocales et culturelles très éloignées.